Développement personnel

Le stress : bon? mauvais?

 

Certains y trouvent un stimulant et ont besoin d’une petite dose d’adrénaline pour se sentir performants. Certaines études montrent que le stress peut renforcer certaines capacités cognitives et notamment la mémoire à condition qu’ils survienne au bon moment. À forte dose le stress a des effets délétères sur la santé et on découvre qu’il serait même impliqué dans l’apparition de troubles neuro dégénératifs tels que la maladie d’Alzheimer ou celle de Parkinson. Un verre ça va trois verres bonjour les dégâts!

Il y a peu d’états émotionnels aussi nocifs que le stress, aussi bien pour vous que pour votre équipe. Si vous êtes stressé, vous prenez de mauvaises décisions, vous tombez plus facilement malade et vous communiquez ce stress à ceux qui vous entourent.

Les signes du stress

  • Picotements dans la poitrine.
  • Oppression dans la poitrine à l’idée de devoir prendre la parole en réunion.
  • Sentiment d’un poids sur les épaules devant les dossiers qui s’accumulent et qui doivent tous être rendu en fin de semaine.
  • Fatigue prolongée, sentiment perpétuel de lassitude
  • Troubles somatiques mineurs qui persistent, saignement des gencives, etc.
  • Tendance à l’indulgence: mange trop, boit trop, dort trop, …
  • Rapports sociaux difficiles: individu grincheux qui évite les amis ou les collègues

 

Peu de gens apprennent comment gérer leur stress, ce qui expliquerait pourquoi on sait mal y faire face.

Si les techniques de relaxation telles que le yoga et la méditation peuvent aider, mieux vaut apprendre à éviter le stress avant qu’il ne survienne.

S’entraîner à gérer son stress pourrait nous permettre de mieux faire face aux aléas de la vie.

Un embouteillage me stressait un jour, mais pas le lendemain. Et c’est une bonne chose, parce que cela suggère qu’avec un entraînement approprié une bonne préparation, nous pourrions être capables de faire face aux agents stressants en toute sérénité.

Diverses recherches réalisées depuis quelques décennies suggèrent qu’il existe au moins quatre ensemble de capacités ou compétences qui permettraient à chacun, après les avoir apprises, de mieux pour faire face au stress : le contrôle des sources (réduire ou éliminer les sources de stress), la relaxation (pratiquer des techniques, telles que le contrôle sa respiration ou la méditation), le contrôle des pensées (apprendre à repousser les pensées irrationnelles et interpréter les événements), et la prévention (planifier sa vie de façon à éviter les causes de stress).

Ce qui peut aider à diminuer le stress

la prévention-planification de sa journée où les mois à venir pour éviter les conditions stressantes avant qu’elles ne se présentent est de loin le facteur le plus important parmi les quatre envisagés.

le contrôle des sources, qui inclut des pratiques telles que déléguer certaines tâches , organiser son espace ou encore bien programmer son emploi du temps, toute démarche que l’on peut qualifier de mesures préventives.

On a tendance à l’ignorer, mais les réactions de stress sont normales et utiles. Dans de nombreuses circonstances, on parle donc de « bon stress ». On sait, par exemple, que le niveau de performance au moment d’une tâche est meilleur lorsqu’il y a une certaine dose de stress, car celui-ci permettrait de stimuler la motivation, de mieux juger les paramètres de la situation et de se préparer en conséquence. Plusieurs personnes, d’ailleurs, aiment cette excitation du stress et la recherchent – dans la compétition, par exemple.

Chez d’autres, moins chanceux, les réactions dues au stress sont si intenses ou si durables, même dans des situations courantes, que cela nuit à leur fonctionnement social et professionnel. Et chez certains, le système nerveux tarde à enclencher l’indispensable réaction de détente, même après la disparition de l’agent de stress.

 

En conclusion pour éviter de se rendre malade il est préconisé de :

  • S’isoler chaque jour pour une vingtaine de minutes dans un lieu calme à l’abri des influences extérieures et  se détendre.
  • Prendre régulièrement des pauses .
  • Manger dans le calme
  • Accepter les choses qu’on ne peut pas changer et ne pas se rendre malade . Autrement dit, ne vous occupez que de ce que vous pouvez améliorer vous-même.
  • Apprendre à connaître ses réactions dans des situations données.
  • Ne pas tout garder pour soi

 

L’être humain perd sa santé à gagner de l’argent puis il perd son argent à se refaire une santé. Il pense au futur au point d’oublier le présent de sorte qu’il ne vit ni dans le passé ni dans le futur. Finalement, il vit comme s’il n’allait jamais mourir et il vit comme s’il n’avait jamais vécu. Dalai Lama

La recette du bonheur

Ce qui m’énerve le plus dans la vie, ce sont ces gens qui semblent toujours heureux, peu importe ce qu’ils font ! C’est limite de la provocation ! C’est quoi le problème ? Pas d’impôts à payer ? Pas d’amendes à  régler ?

Le bonheur est-il un leurre ou une réalité ? Est-il atteignable ? Est-il viable ? Le bonheur  H24 /  du non-stop ever, est-ce possible ?

On nous bassine le cerveau depuis nos couches culottes sur l’importance d’accéder à l’ultime accomplissement de son être. Mais comme toujours, on ne nous donne pas le mode d’emploi  ! T’es là, tu le cherches, tu fouilles, tu lis, tu vis mais toujours rien !!

Heureux sont les imbéciles dit le proverbe… Faut-il être con pour être heureux ? Faut-il arrêter de penser peut-être ? Je ne sais pas, j’ai cherché la réponse un peu partout et j’ai pu collecter quelques indices par-ci, par-là.

Et au final, tu sais quoi ? C’est assez logique ce que je vais te dire…

1) Tu ne diras pas du mal d’autrui

Non mais on ne dit pas vraiment du mal, on rigole, on radote… et puis merde !

Qui ne l’a pas fait ? Commérer, ricaner, raconter des conneries sur autrui… et puis, qui aime bien châtie bien, non ? MAUVAIS ! Il faut rester positif et ne jamais dire du mal d’autrui sous peine de passer pour une personne au vide intersidéral  jaloux, envieux et par surcroît : pathétique (c’est moche, hein  ?). Le mec qui a tout compris au bonheur, c’est Confucius : « Agis avec gentillesse, mais n’attends pas de la reconnaissance. Pas trop d’isolement ; pas trop de relations ; le juste milieu, voilà la sagesse. Ne parlez jamais de vous, ni en bien car on ne vous croirait pas, ni en mal car on ne vous croirait que trop. Apprends la sagesse dans la bêtise de l’autre… Ne te crois point si important que les autres te paraissent insignifiants ». Les gens heureux n’ont pas besoin que les autres leur reconfirment leur valeur personnelle. Ils savent ce qu’ils valent et ils ne se soumettent pas aux attentes des autres, ce qui leur permet de se concentrer sur leur développement personnel.

2) La positive attitude

Arrête de te plaindre ! Pense positif ! Le truc qui semble bidon mais qui fonctionne à merveille, c’est la méthode Coué. Ce mec a dû sauver quelques milliards de gens des antidépresseurs. Le principe, c’est la positive attitude basée sur la suggestion. Le cerveau fonctionne comme une disquette qu’on peut dé-formater et reformater à souhait. Ce qui veut dire qu’un état de pensée négatif peut se modifier par la seule force de son imagination. Le bonheur nécessite de se concentrer sur le positif et d’apprécier les bonnes choses de la vie. Tu te souviens des cours de maths ? Le positif entraîne le positif ! Le négatif va vers le négatif… Ce n’est pas moi qui l’ai dit, c’est le prof ! Si tu positives, tu te sentiras mieux. DONC les autres te verront différemment. DONC Les gens te sembleront plus gentils. Tu rayonneras, tu ne te prendras plus la tête sur la pollution de Paris ou le métro qui pue… T’auras juste ton smile et il suffira à illuminer Paname !

CONCLUSION : I’m So Happy (CQFD !).

3) Vivre dans le présent

C’est ici et maintenant que les choses se passent. Vivre dans le passé ne servira qu’à te faire ruminer tes échecs et espoirs déchus. Et puis, la machine à voyager dans le temps n’est toujours pas d’actualité donc STOP NOW ! Tu es ici ! C’est ce que tu es en train de vivre qui compte, le reste : c’est du bullshit !! Vivre dans le présent te permet de prendre conscience de la réalité des choses.

Suffirait-il donc de s’arrêter un instant devant un feu rouge et de se délecter des pots d’échappements en priant Dieu et tous ses saints de la chance qu’on a d’être dans la plus belle ville du monde ?

C’est peut-être ça le début du bonheur… Remercier la vie.

L’idée de prendre le temps de profiter des petits bonheurs de l’existence, de repenser aux bonnes choses, et d’anticiper les évènements qui nous rendent heureux semble un peu cliché, mais c’est un pilier essentiel du bonheur.

Pour appliquer ce principe dans la vie de tous les jours, il faut éviter le multitâche et se concentrer sur ce que l’on est en train de faire. Si vous êtes avec des amis, abstenez-vous de contrôler vos emails ou vos SMS. Ne vous pressez pas pour faire les choses que vous avez à faire : ralentissez, au contraire, et prenez le temps d’apprécier ce que vous faites…

Pour  être heureux, il faut conjuguer 4 éléments à tous les goûts et à toutes les sauces :

  • Anticiper avec plaisir
  • Profiter de l’instant présent
  • Manifester son bonheur pour soi, ou aux autres
  • Repenser aux bons souvenirs

Maintenant, c’est à toi de donner un grand coup de pied dans ton sac poubelle pour en sortir toutes les flagrances de ta nouvelle vie !

Paste your AdWords Remarketing code here
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien