Amour

L’amour : le miroir aux alouettes

 

Durant mes séances de coaching, je me retrouve souvent face à des femmes qui me posent toujours les mêmes questions : pourquoi agit-il de cette manière ? Tout allait bien avant ! Qu’est-ce que j’ai fait ? Etc. Je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire un article sur le sujet. La première partie traitera de la passion et de la lutte du pouvoir.

La passion

Pendant la séduction qui culmine dans la phase de la passion, première étape de la relation amoureuse, vous n’êtes pas encore certain que la relation est bien établie ; hommes et femmes se montrent alors sous leur plus beau jour afin de séduire et de conquérir l’autre. C’est pendant cette phase que les hommes sont les plus communicatifs et les plus attentifs : ils soignent leur image et sont intéressés par tout ce que vous dites ; ils n’ont d’yeux que pour vous et vous complimentent sans cesse. C’est pendant cette phase que la femme regarde et écoute l’homme avec la plus grande admiration : elle est toujours prête à se coller et à faire l’amour avec vous, aussi souvent que vous le désirez ; elle ne vous critique jamais et est prête à vous suivre dans tous vos projets.

En même temps, vous auréolez la personne convoitée : c’est votre âme sœur, votre prince, votre princesse et l’amour que vous éprouvez l’un pour l’autre surmontera toutes les épreuves. Vous passez vos nuits à bavarder et à faire et à refaire l’amour. Vous ne pouvez plus vous passer l’un de l’autre : vous êtes éperdument amoureux, peut-être même pour la véritable première fois de votre vie. C’est la phase que nous voudrions faire durer toujours.

Les biochimistes ont démontré que, pendant cette phase, le cerveau humain produisait une hormone appelée la phényléthylamine. C’est cette hormone qui serait responsable des états euphoriques que nous vivons lorsque nous sommes amoureux. Cette hormone aurait les mêmes effets que la cocaïne. Si la personne désirée vous quitte lors de cette période, c’est le manque, la peine d’amour. Si vous êtes un drogué de la phényléthylamine, c’est vous qui partirez, lorsque vous sentirez votre passion diminuer pour trouver ailleurs une nouvelle flamme qui stimulera de nouveau la production de phényléthylamine. Vous irez de passion en passion, incapable d’un véritable engagement amoureux.

Par contre, si vous acceptez la baisse de la passion, votre cerveau remplacera la production de phényléthylamine par la production d’endorphines qui, elles, possèdent les mêmes propriétés que la morphine. Vous vivrez alors des jours de bonheur tranquille : vous pourrez dormir en paix, en silence, dans les bras l’un de l’autre. Vous n’aurez jamais été aussi bien, aussi en harmonie de toute votre vie. Votre couple vous comblera.

Hélas, la passion… passe ! En fait, pendant la phase de passion, vous n’étiez pas réellement amoureux de l’autre personne : vous étiez amoureux des sensations provoquées dans votre corps et votre tête par l’idée que vous vous faisiez de l’autre personne. Vous avez ignoré tous ses petits défauts ; vous n’avez vu et entendu que ce qui faisait votre affaire ; vous avez mis de côté tout ce qui pouvait émousser votre passion.

La lutte pour le pouvoir

Mais voilà que votre corps et votre tête se sont accoutumés aux effets de la phényléthylamine et des endorphines. Vous êtes toujours heureux, heureuse, mais l’intensité de votre bonheur s’est atténuée et vous revenez progressivement sur terre. Surpris, vous vous rendez compte que votre prince charmant se conduit parfois comme un crapaud, que votre princesse charmante sort de plus en plus régulièrement ses griffes et ses crocs. Vous prenez contact avec la personne réelle avec laquelle vous êtes en amour.

Vous entrez dans la deuxième phase de votre relation de couple : la lutte pour le pouvoir. L’anxiété et l’insécurité de la séduction et de la passion vous forçaient à vous montrer sous votre meilleur jour ; la sécurité de votre bonheur et la certitude que l’autre vous aime vous permettent de vous laisser aller et de vous montrer sous votre vrai jour. Vous ne faites plus semblant, vous êtes vous-mêmes et vous commencez à dire et même à exiger ce que vous attendez de votre relation de couple. Vous l’aviez déjà dit, mais l’autre vous admirait et il (elle) n’avait pas réellement entendu ce que vous disiez. S’il est vrai que l’amour est aveugle, il rend aussi sourd.

C’est alors que vous vous apercevez que l’autre ne partage pas tout à fait vos points de vue sur les loisirs, l’argent, le choix de la maison, la répartition des tâches ménagères, le nombre et l’éducation des enfants, les ami(e)s, la fréquence des rapports sexuels, le type et l’endroit de vos vacances, le choix des films… en fait, la façon d’aimer et de s’investir dans le couple.

Vous vous rendez compte qu’il met l’accent sur sa carrière, alors que vous voudriez qu’il s’occupe davantage de la famille. Vous constatez qu’elle veut bien faire l’amour, mais à sa manière. Vous êtes méticuleuse, il laisse tout traîner. Vous adorez les argumentations serrées, elle met de l’émotion partout.  Vous aimez lire votre journal le matin, elle a toujours quelque chose à vous reprocher.

Cette lutte pour le pouvoir est inévitable et même nécessaire. C’est cette lutte qui nous permet de savoir à qui nous avons affaire et qui nous permet d’affirmer nos besoins et nos attentes face au couple. Cette lutte amène les deux partenaires à se situer l’un par rapport à l’autre. Malheureusement, la majorité des couples s’enlise dans cette lutte et s’engage dans des impasses :

« C’est toi qui as commencé ! » « Non, c’est toi ! »
« Si tu m’écoutais aussi quand je te parle. »
« On dirait que tu le fais exprès. »
« Je te l’avais bien dit. »
« Tu veux toujours avoir raison. »
« Bon, c’est reparti ! »

Tous les deux s’aiment et veulent continuer à s’aimer, mais les frictions sont de plus en plus nombreuses. Ces frictions sont dues aux différences existant entre les hommes et les femmes, aux différences existant entre cet homme particulier et cette femme particulière ; elles sont aussi dues à nos attentes frustrées face à la vie de couple et au paradoxe de la passion.

À ce stade se joue l’avenir du couple. Plus de la moitié des couples se sépareront et beaucoup répéteront la même dynamique avec un nouveau partenaire. 30% des couples se résigneront, développeront une relation de couple déséquilibrée, se feront une guerre entrecoupée de périodes d’accalmies (sursaut de production de phényléthylamine) et chercheront des compensations dans le travail, la famille ou ailleurs. À peine 20% des couples réussiront à transformer cette lutte inévitable pour le pouvoir en partage du pouvoir, troisième étape de la vie de couple.

A suivre !

 

Comment savoir si ton mec est un pervers narcissique ?

Que ce soit dans une soirée, sur AdopteUnMec ou dans un bar, nous ne sommes jamais à l’abri d’une rencontre alliant manipulation et perversion. Sous un regard de braise et des paroles fleuries peut se cacher ton pire cauchemar.

Je ne vais pas te brosser le portrait dangereux qu’on peut voir dans les films ou les romans. Le but est de pointer les caractéristiques et traits de caractères qui te feront perdre pied.

Cet article va t’aider à repérer le pervers narcissique assez facilement !

1-Il va te culpabiliser et inverser les rôles

Le pervers narcissique te culpabilisera coûte que coûte quoi qu’il en coûte. Il reportera sa responsabilité sur toi et arrivera à te faire admettre que tu es la seule personne fautive. Il se défaussera systématiquement de ses torts en trouvant des justifications dignes des ténors du barreau.

2-Il ne communique pas clairement et nie les évidences

Il n’est pas clair ! Il a un discours à double sens : impossible de connaître avec exactitude ses demandes, besoins, sentiments ou opinions. Il répondra souvent en disant :
• « T’as mal compris, j’ai pas dit les choses dans ce sens-là… »
• « Je n’ai pas fait ça dans ce but… »
• « Je ne l’ai pas dit pour toi… »

3-Toutes ses justifications sont logiques

Tu finis par perdre ta personnalité car, dans une situation lambda, tu aurais réfuté les arguments de la personne. Mais lui, les raisons logiques qu’il avance créent l’acceptation. Ainsi, souvent, sa cible se retrouve à accepter des choses qu’elle n’aurait jamais approuvées normalement. Les demandes sont déguisées par la logique implacable de son raisonnement. Marionnettiste à vos dépens, votre prise de conscience ne se fait qu’après coup !

4-Il critique et dévalorise

Il critique certes, mais sa critique est un art alliant discrétion et intensité. Il finit par vous faire douter de ce que vous pensiez être, de vos qualités et finit par mettre à mal votre personnalité. Celle  que vous pensiez être au début de la relation n’a plus rien avoir avec l’estime que vous avez de vous à la fin de celle-ci.

5-Il fait passer ses messages par les autres

Ne lui présente pas ta meilleure amie car il ira lui parler et l’emmènera dans sa toile d’araignée. Elle fera passer les messages. Elle  ne pourra qu’être désolée face à cet homme victime et en souffrance. Votre bourreau passera par l’intermédiaire d’autrui pour se faire bien voir.

6-Il divise pour mieux régner

Il brise progressivement les amitiés et les groupes dans l’optique d’obtenir ce qu’il désire.

7-Il se positionne en victime

Auto élection : il est la victime ! Cette position lui assurera la vedette. Ainsi, son entourage compatit, le plaind, le comprend dans ses épreuves. On se tourne vers lui, on le plaind, on compatit à sa souffrance,  après tout, qui pourrait se méfier d’une victime ?

8-Il mise sur l’ignorance des autres

Son intelligence alliée à sa manipulation te fera passer pour une ignorante doublée d’une pauvre fille perdue ne comprenant rien à la vie. L’ignorance des autres est une source favorable dans laquelle il puise inlassablement pour faire croire en sa supériorité.

9-Il s’énerve rarement

Le manipulateur s’énerve rarement, car la prise comme la conservation de son contrôle est à la base de son fonctionnement.

10-Il ne tient pas compte des autres

Tes droits, et tes  besoins comme tes désirs ne tiennent aucune place pour lui, bien qu’il fasse croire le contraire.

11-Ses paroles sont opposées à ses attitudes

Quand le discours est blanc, ses actions sont noires ! Les réactions du manipulateur sont à l’opposé de l’attitude correspondant au discours.

12-Il va te faire perdre tes repères

Avec lui, ton esprit devient confus, il retourne ton cerveau. L’expression « ne plus savoir où l’on habite » prend tout son sens avec lui. Le terme de « lavage de cerveau » est approprié, car il cherche à modeler l’autre en fonction de ses buts. Narcissisme exacerbé, il jouit d’observer à quel point il fait ce qu’il veut de sa petite souris.

13-Il bouffera ton énergie

Lors de phases de dénigrement, de rabaissement, il te vide de ton énergie. Ce n’est pas pour se ressourcer lui-même donc le terme « vampiriser » est mal employé, il s’agit d’un trou noir dans les faits. Le caractère injustifié de son attitude vide l’énergie de sa victime qui ne sait jamais comment.

14-La froideur émotionnelle est sa marque de fabrique

Sous l’apparence d’une personne aimante, il est pourtant dénué d’empathie. Il fait preuve d’une froideur émotionnelle incroyable, sauf si sa victime lui dit être mal par sa faute. Dans ce cas de figure, il fera tout pour prouver que NON. Il sera incapable d’avouer ses torts !

15-Il te fait du mal

Avec lui, tu souffriras quoi que tu fasses, tu seras abattue et affaiblie, ne sachant  comment agir. Le seul conseil à suivre est : FUIR !

Chaque fois que tu tenteras une approche, une discussion, une réconciliation, ce sera l’échec assuré. Il te fera rentrer dans sa manipulation et tu perdras tes repères et tes certitudes. Cet homme ne pourra jamais rien t’apporter car il est aveuglé par son mode de fonctionnement complètement malsain et incohérent.

Paste your AdWords Remarketing code here
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien