Cessez d’être gentil soyez vrai

En tant que coach de vie, je conseille régulièrement la lecture de livres. Un de mes  » best-Seller »est   » Cessez d’être gentil soyez vrai » : ce livre  parle de vous, de moi et de tous ceux qui ont été éduqués pour  répondre à un système de valeurs dans une société bien formatée dont on ne remet jamais en cause les fondements.

On nous a tellement appris à bien faire qu’on finit par mal faire ! On nous a tellement formaté qu’on se perd et qu’on ne se retrouve plus. Comme le  dit Thomas d’ Ansembourg il faut arrêtez d’être gentil pour arriver à être vrai.

Pourquoi sommes-nous gentil?

La principale réponse tournera autour de l’idée que l’on veut être aimé. Et qu’on nous a appris que pour être aimé, il faut être gentil avec les gens. C’est comme ça et pas autrement ! On ne se serait jamais permis de mettre en doute ce système éducationnel rigide et bien formaté. Nous avons appris à nous couper de nous pour être avec l’autre.

Ce livre nous apprend à :
« être » plutôt qu’à «  faire »
Comment être soi sans cesser d’être avec l’autre, comment être avec l’autre sans cesser d’être soi ?
Etre en paix avec nous pour pouvoir l’être avec autrui

En conclusion, et comme je le dis tout le temps dans mon métier de coach de vie : APPRENDRE A S ECOUTER SOI MEME avant d’écouter les autres.

122

Conseils d’un coach de vie :  « Cessez d’être gentil soyez vrai »:

 1. Nous nous sommes coupés de nous-mêmes.

Depuis l’enfance, nous nous sommes mis à l’écoute de tout sauf de nous (parents, profs, boulots, amis, amoureux …). Il fallait correspondre à ce qu’on nous demandait et faire comme il le fallait. C’était une question de survie, pour s’intégrer il fallait abdiquer de nos sentiments car c’est l’envie de l’autre qui déterminait ce que l’on voulait, pensait ou désirait. On est devenu des adultes qui pensent que pour être aimé et avoir sa place dans ce monde, je ne peux pas faire ce que je sens ni ce que je voudrais mais ce que les autres veulent.

Etre vraiment moi-même, c’est risquer de perdre l’amour des autres. On a grandi en privilégiant le développement de notre intellect mais cela a eu pour conséquences  que :
Nous jugeons rapidement celui qui se présente à nous sur bases de quelques informations. Il n’est pas efficace de faire le  tour du propriétaire en une minute chrono : nous sommes devenus des machines à juger !

Le fait de fonctionner  par habitudes, par automatismes car le monde dans lequel nous évoluons est celui des concepts et des idées.
La majorité dentre nous réfléchissons et analysons, les choses, les gens et les idées selon un mode de fonctionnement binaire : une chose est bonne ou mauvaise, tu as raison ou tu as tort. Il n’y a plus de juste mesure, de transition ou de doute.

Résultat : Nous sommes coupés de NOUS ! Incapable de savoir ce que l’on ressent, ce que l’on veut et où l’on désire aller. Notre libre arbitre est réduit à un tas d’incertitudes et de doutes. Il nous est impossible de savoir, d’avoir accès à ce qu’on veut vraiment  au-delà de ce que la société nous a dicté. En tant que coach de vie je conseille souvent de  de réapprendre les bases : penser seul pour choisir par et pour soi-même. Essayez de vous écouter !

Comme je le dis souvent dans ma profession de coach de vie  : «  On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » disait le petit Prince de St Exupéry …

122

2. Pour évoluer , s’ouvrir plus et être en accord avec soi-même on peut commencer simplement en :

Formulant une demande concrète : sujet, verbe, complément.
Il faut apprendre à parler clairement sans une tonne de sous-entendus. Si l’on veut que l’autre puisse nous comprendre on doit parler avec des attentes clairement définies. Pour satisfaire vos besoins, formulez des demandes concrètes, réalistes, positives et négociables. En indiquant à l’autre notre demande concrète nous rendons le besoin moins menaçante parce que nous l’incarnons dans la réalité, dans le quotidien.

Exprimant ce que l’on ressent en utilisant le “Je”.

3. L’autre n’est pas là pour satisfaire vos besoins

Il est là pour vous aider à le combler mais n’en portera jamais l’entière responsabilité. On n’est pas là pour combler le besoin des autres mais pour se combler SOI ! Ce qui est déjà un travail de titan … Si je parviens à faire le pas d’être vrai vis à vis de moi-même, je devrai l’être vis à vis des autres. Je devrai donc exprimer ce que je ressens plutôt que de simplement dire oui … et penser non.

Identifier son besoin (de repos, de temps …) .Tous nos besoins n’ont pas besoin d’être satisfaits, mais tous ont besoin d’être reconnus.
Il faut savoir qu’un sentiment ou une émotion, cela exprime d’abord un besoin. Si on n’écoute pas le sentiment, le besoin est ignoré. Si on ne répond pas au besoin, on rentre dans une spirale négative de mal-être.

Sentiment = besoin = bien être ou mal être

Pour arriver à reconnaître son sentiment et donc son besoin, il faut :

observer sans juger ni interpréter
dire ce que je ressens.
Exprimer sa demande

Dans mon quoitidien de coach de vie j’explique souvent qu’à l’origine d’un conflit il y a souvent l’incapacité à formuler une ou des attentes de manière claire et négociable. Alors, on préfère juger et critiquer et après on s’étonne que tout prend des proportions agressives. Alors apprenons à nous écouter avec respect et empathie.

Il faut savoir que nos malentendus sont des «  mal-écoutés » qui résultant eux-mêmes de «  mal –exprimés », de «  mal-dits » et de non-dits.

pour lire la suite clic sur le lien

http://www.conscience-et-eveil-spirituel.com/cessez-detre-gentil-soyez-vrais.html

Laisser un commentaire