Certains y trouvent un stimulant et ont besoin d’une petite dose d’adrénaline pour se sentir performants. Certaines études montrent que le stress peut renforcer certaines capacités cognitives et notamment la mémoire à condition qu’ils survienne au bon moment. À forte dose le stress a des effets délétères sur la santé et on découvre qu’il serait même impliqué dans l’apparition de troubles neuro dégénératifs tels que la maladie d’Alzheimer ou celle de Parkinson. Un verre ça va trois verres bonjour les dégâts!

Il y a peu d’états émotionnels aussi nocifs que le stress, aussi bien pour vous que pour votre équipe. Si vous êtes stressé, vous prenez de mauvaises décisions, vous tombez plus facilement malade et vous communiquez ce stress à ceux qui vous entourent.

Les signes du stress

  • Picotements dans la poitrine.
  • Oppression dans la poitrine à l’idée de devoir prendre la parole en réunion.
  • Sentiment d’un poids sur les épaules devant les dossiers qui s’accumulent et qui doivent tous être rendu en fin de semaine.
  • Fatigue prolongée, sentiment perpétuel de lassitude
  • Troubles somatiques mineurs qui persistent, saignement des gencives, etc.
  • Tendance à l’indulgence: mange trop, boit trop, dort trop, …
  • Rapports sociaux difficiles: individu grincheux qui évite les amis ou les collègues

 

Peu de gens apprennent comment gérer leur stress, ce qui expliquerait pourquoi on sait mal y faire face.

Si les techniques de relaxation telles que le yoga et la méditation peuvent aider, mieux vaut apprendre à éviter le stress avant qu’il ne survienne.

S’entraîner à gérer son stress pourrait nous permettre de mieux faire face aux aléas de la vie.

Un embouteillage me stressait un jour, mais pas le lendemain. Et c’est une bonne chose, parce que cela suggère qu’avec un entraînement approprié une bonne préparation, nous pourrions être capables de faire face aux agents stressants en toute sérénité.

Diverses recherches réalisées depuis quelques décennies suggèrent qu’il existe au moins quatre ensemble de capacités ou compétences qui permettraient à chacun, après les avoir apprises, de mieux pour faire face au stress : le contrôle des sources (réduire ou éliminer les sources de stress), la relaxation (pratiquer des techniques, telles que le contrôle sa respiration ou la méditation), le contrôle des pensées (apprendre à repousser les pensées irrationnelles et interpréter les événements), et la prévention (planifier sa vie de façon à éviter les causes de stress).

Ce qui peut aider à diminuer le stress

la prévention-planification de sa journée où les mois à venir pour éviter les conditions stressantes avant qu’elles ne se présentent est de loin le facteur le plus important parmi les quatre envisagés.

le contrôle des sources, qui inclut des pratiques telles que déléguer certaines tâches , organiser son espace ou encore bien programmer son emploi du temps, toute démarche que l’on peut qualifier de mesures préventives.

On a tendance à l’ignorer, mais les réactions de stress sont normales et utiles. Dans de nombreuses circonstances, on parle donc de « bon stress ». On sait, par exemple, que le niveau de performance au moment d’une tâche est meilleur lorsqu’il y a une certaine dose de stress, car celui-ci permettrait de stimuler la motivation, de mieux juger les paramètres de la situation et de se préparer en conséquence. Plusieurs personnes, d’ailleurs, aiment cette excitation du stress et la recherchent – dans la compétition, par exemple.

Chez d’autres, moins chanceux, les réactions dues au stress sont si intenses ou si durables, même dans des situations courantes, que cela nuit à leur fonctionnement social et professionnel. Et chez certains, le système nerveux tarde à enclencher l’indispensable réaction de détente, même après la disparition de l’agent de stress.

 

En conclusion pour éviter de se rendre malade il est préconisé de :

  • S’isoler chaque jour pour une vingtaine de minutes dans un lieu calme à l’abri des influences extérieures et  se détendre.
  • Prendre régulièrement des pauses .
  • Manger dans le calme
  • Accepter les choses qu’on ne peut pas changer et ne pas se rendre malade . Autrement dit, ne vous occupez que de ce que vous pouvez améliorer vous-même.
  • Apprendre à connaître ses réactions dans des situations données.
  • Ne pas tout garder pour soi

 

L’être humain perd sa santé à gagner de l’argent puis il perd son argent à se refaire une santé. Il pense au futur au point d’oublier le présent de sorte qu’il ne vit ni dans le passé ni dans le futur. Finalement, il vit comme s’il n’allait jamais mourir et il vit comme s’il n’avait jamais vécu. Dalai Lama

5 comments on “Le stress : bon? mauvais?”

    • En discutant, le fait de dire les choses m’a pas mal aidé.
      Et pourtant, j’ai dis des choses que je savais.
      Mais j’en ai pris réellement conscience.

Laisser un commentaire