L’amitié existe-t’elle?

 

L’amitié est un monde qui se compose et se recompose sans cesse telle  une symphonie à créer où les sons s’entremêlent pour donner lieu à l’artifice de deux cœurs liés. C’est une fusion parfaite dans une envie réciproque de soutien et d’envie commune. C’est un respect des différences et un non jugement constant. C’est une certitude à ne jamais mettre en doute. C’est un endroit où il fait bon se réchauffer face à la froideur d’un monde hostile. C’est un monde qui accepte le temps qui passe, les distances, les incompréhensions, les absences et  les pauses sans jamais mettre en doute la noblesse du cœur.

J’ai toujours cru que l’amitié était celle décrite dans les romans ou les films oscarisés. Je pensais que moi et eux ce serait comme les GOONIES  vainquant les monstres,  les peurs et les sortilèges. On se serait tous retrouvés dans une grande maison à jouer au tarot et à la PS3. Ce serait des barbecues sans fin à refaire le monde autour d’une bière belge. On sécherait nos larmes réciproquement et nous serions tous le Jeff de la chanson de Brel.

Rien ni personne ne pouvait/devait se mettre en travers de moi et cette amitié plus forte que les on-dit, les sous-entendus et l’hypocrisie. Cela ne pouvait prendre fin. C’était plus fort et intense que le plus grand des orgasmes donné par le meilleur amant de la terre. L’amitié donne l’impression de tenir une étoile dans la main et de voler à travers les cieux. Elle te revigore de l’intérieur et te donne la force d’affronter toutes les impasses de la vie. L’ami est là, à t’écouter encore et toujours raconter les mêmes histoires comme une première fois. Telle une mère séchant les larmes d’une première peine de cœur, l’ami est là envers et contre tous.

Et pourtant…

Ma sœur de cœur, mon amie, celle à qui j’ai promis une fidélité sans faille n’est pas venue le jour où je me suis fait opérer à cause d’une rupture de cœur.

Et pourtant…

Celui qui m’appelait «  ma sœur », ce faux-ami que j’ai écouté des mois durant parler de cette fille qui ne l’aimait pas a sonné aux abonnés absents  prenant parti pour un homme de passage…

L’amitié s’envole  sans préavis, c’est le répondeur et l’absence qui font écho. Finir par parler dans le vide, écrire des SMS sans réponses, des emails sans destinataires et rédiger des articles interrogatifs…

 

On nous enseigne qu’il faut prendre le meilleur et laisser le superflu mais on ne nous dit pas comment faire lorsque les gens nous quitte pour un ailleurs meilleur.

Alors oui, je continue ma route en solitaire car j’ai appris un lendemain de rupture que j’étais la seule à pouvoir me donner la main. Mais qu’on me dise comment faire ! Est-ce que tous les rapports humains sont voués à s’essouffler un lendemain de retrouvailles ? La proximité existe-telle ?

Il me reste aujourd’hui trois amis, des piliers de vie, des arbres fondateurs… Ils sont restés malgré les rafales, les tempêtes et les naufrages. Ils ont résisté à mes folies et mes emportements.  Avec eux,  le temps et la distance n’a pas failli ni affaibli nos retrouvailles et nos cœurs aussi légers qu’avant.

Je remercie le ciel de me laisser ces trois pépites car ce sont elles qui illumine ce chemin bien souvent trop sombre dans lequel je tends à me perdre.

Peut-être me faut-il un mode d’emploi…

 

tumblr_ne801u7scK1u1hq7lo1_400

 

Je suis Charlie

 

Je suis Charlie

 

Hier, comme des milliers d’entre nous j’ai été prise d’effrois face à la catastrophe qui s’est abattue sur notre démocratie, notre, pays,  notre liberté d’être et  de penser. Comment se fait-il qu’en 2014 on puisse encore tuer de la sorte ? Comment se fait-il que l’on puisse priver l’homme de parler, de penser … de dessiner !?

J’ai peur pour mon fils

J’ai peur pour notre pays

J’ai peur pour les vrais musulmans !

 

Tuer au nom d’une religion ? Qu’on me montre les textes qui autorisent à enlever la vie. La religion n’est-elle pas là pour inculque l’amour et le pardon ?

 

Je suis Charlie aujourd’hui car je pleure cet acte de guerre au nom de qui ? au nom de quoi ?

Comment vais-je expliquer à mon fils que l’on tue dans les rues ?

Quand il me demandera pourquoi, que vais-je lui répondre ?

Quel sera le monde dans 20 ans ? Trouvera-t’il normal que les gens se fassent massacrer ?

 

La liberté d’expression est un fondamental pour lequel il faut se battre ! Mettre fin à cela s’est abattre ce qui fait les droits de l’homme et le bien fait de la démocratie ! Ne revenons pas 2000 ans en arrière !

 

Que nos bouches continuent à parler

Que nos mains continuent à dessiner

Que toujours et encore nous puissions écrire pour dévoiler et crier l’injustice au nom de LA LIBERTE de penser, de croire, de donner son avis et d’avancer !

 

Je ne veux pas que mon fils fasse attention à ce qu’il dit

Je ne veux pas que mon fils ait peur de dire ce qu’il pense

Je ne veux pas d’un monde qui ne parle plus par peur des représailles, des guerres et des meurtres !

 

Je suis en deuil

Je suis Charlie

Vulgarité – nouvelle cordialité?

Force est de constater que je suis totalement Has Been et qu’on pourrait me traiter de Bolos mais tout de même ! Il me semblait que la «  bien parlé » était de rigueur en France, non ? Combien de fois ne m’a –t-on pas reprise avec l’exemple des «  putes » : on ne va pas aux putes – on va chez les putes ( ou l’inverse !?) Déjà à l’époque on me regardait comme une caillera alors que j’étais juste une Belge à Paris.

Mais là, c’est devenu Sodome et Gomor ! Miley Cyrus la princesse de Disney devenu un vibromasseur vivant ayant atteint le summum du vulgos … Madonna qui défrayait la chronique en jetant sa petite culotte à la bouche du public est devenue une  mamy démodée.

Enfin sérieusement ! Moi je suis maman et j’ai peur !

Tu connais LIZA MONET ? Une chanteuse de RnB  qui s’est installé dans cet écosystème tout en vocabulaire périmé et postures made in youporn. Quand tu l’écoutes, tu penses sincèrement ne pas avoir compris ses paroles: «  Connais-tu les courbatures causées par la baise entre tes reins ? Vingt centimètres de bites, quand mon meilleur plan sort son gros calibre, miam, ça m’excite » …..

WTF !? Je n’invente rien ! Et le pire c’est que la soit disant chanteuse carbure sous youtube avec 5 millions de vues … Symbole de cette culture de rue de plus en plus grand public où le mot «  batard » s’est transformé en point-virgule.

Et puis, l’autre, la blonde : ENORA MALAGRE ! Faut en parler aussi car nos enfants sont susceptibles de tomber sur elle lors d’un zapping inopiné  entre Gulli et D8. Là c’est le culte de la vulgarité érigé en haute couture stylistique ! Elle te parle avec des doigts d’honneur et des mots orduriers aussi facilement que ça te fait des smiles d’aguicheuses à Colin Farell.

C’est à se demander si cette vulgarité n’est pas devenue citadine : une forme de jeu conscient avec les codes d’un langage limite classe – genre : esprit Canal plus.  Prenons pour exemple le programme «  connasse » qui a connu un franc succès ! Moi perso, je n’adhère pas mais on a compris depuis longtemps que je ne suis plus dans le coup.

Cette libération lexicale doit entrainer une jubilation infantile qui me dépasse, même si je dois l’avouer je sors des « putain » à chaque bout de phrases ! Mais pour moi c’est devenu l’équivalent d’un «  tout de même », «  y’en a marre », «  bref » …. Parfois un mot peut en désigner pleins d’autres et c’est plus simple de le dire au lieu de passer à des explications qui prendrait quatre plombes.

…. Ceci dit …. Dans 40 ans , je me vois bien dans un parc avec mes petites enfants en leur disant : Tu vas pas te faire chier la bite avec ce connard qui veut pas te laisser la balançoire !? »

Paste your AdWords Remarketing code here
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien